Dud, munitions non explosées, peut-être autre chose?

Dud, munitions non explosées, peut-être autre chose?

En Pologne, les problèmes de sécurité lors de l'utilisation de détecteurs de métaux ont toujours été négligés. L'armée polonaise ne dispense pas de formation avancée sur l'identification et la classification des matières dangereuses des guerres mondiales. Malheureusement, les sociétés civiles de sapeurs font de même, responsable de l'exécution du dégagement du site. Cependant, il s'agit d'un sujet très vaste et mérite un article séparé. Ici, je voudrais soulever une question si banale, et remarquable en même temps - si l'objet trouvé est un objet non explosé, un raté, ou peut-être aucun d'entre eux?

Parmi les chercheurs concentrés sur le côté numismatique du passe-temps, les termes raté et bombe non explosée sont utilisés de manière interchangeable.. Cette erreur de base se traduit par une évaluation des risques généralement complètement incorrecte, et le chercheur est souvent terrifié par des choses totalement sûres., lorsque vous manipulez des objets dangereux de manière risquée. Dans cet article, il y aura quelques définitions et quelques développements pratiques.

On parle d'un raté d'allumage en cas de panne d'un composant de la cartouche, qui n'a pas permis au coup d'être correctement tiré (la balle n'a pas quitté la chambre). Ce terme très courant fait référence à un groupe d'objets assez restreint et la pelle statistique Kowalski rencontrera des ratés principalement liés à des munitions à petite échelle.. Quiconque a erré le long des chemins forestiers ou des champs près des réservoirs d'eau doit être tombé sur un raté d'allumage sous la forme d'une cartouche de chasse jetée.. Les ratés de munitions d'artillerie sont assez rares, surtout que pour les munitions à chargement séparé, ce terme n'existe pas réellement pour nous (pour une raison simple, qu'un tel raté était "sur place" complété par l'élément nécessaire). Par conséquent, parler de ratés comme des obus est tout simplement incorrect.

Un autre terme populaire est la bombe non explosée. La définition est beaucoup plus large, car il s'agit de munitions, qui, à la suite de la défaillance d'un ou plusieurs éléments, n'a pas fonctionné après avoir quitté le canon. Les explosions non explosées sont généralement considérées comme très dangereuses. Dans le cas des obus d'artillerie, la caractéristique d'une munition non explosée est la trace de l'obus passant à travers le canon sur l'anneau de plomb. Avec les mortiers, il est difficile de distinguer un raté d'allumage d'une munition non explosée, qu'il est basé sur une identification basée sur le contexte de recherche de la découverte. Par conséquent, tous les obus de mortier sont traités comme des munitions non explosées à haut risque.. En ce qui concerne ces missiles, la question est simple, car il faut assumer à l'avance, que le fusible est en position de combat et que l'objet présente un danger immédiat, c'est un peu plus compliqué avec les grenades. C'est pourquoi, similaire aux obus de mortier, les grenades sont considérées comme mettant immédiatement la vie en danger, car généralement le terme, la grenade est-elle une munition non explosée, ou non, est impossible. Alors que faire si l'élément trouvé n'est pas une explosion, ni un raté?

Paradoxalement, la grande majorité des découvertes dangereuses dans notre pays n'appartiennent pas aux groupes susmentionnés. En raison du manque de fond, le terme de munitions abandonnées a été développé (fonctionnant dans le sapeur civil). Cela concerne les articles, qui ne sont pas des munitions non explosées et des ratés, ce sont aussi des restes de munitions. Le bassin de ces installations sont, par exemple, des sites de destruction de munitions, où, suite aux erreurs des sapeurs, des milliers de missiles sont toujours entreposés après les entrepôts de guerre, qui n'a jamais utilisé, ils se trouvent dans nos forêts. L'évaluation des risques dans le cas des munitions abandonnées est malheureusement assez ambiguë et, malheureusement, le contexte des découvertes n'est pas toujours utile, et souvent déroutant. Dans le cas de munitions abandonnées explosées, nous devons supposer, que de grandes forces s'exerçaient sur la mèche du projectile (pendant la détonation), ainsi l'état d'armement du fusible est inconnu, ce qui revient en pratique à le considérer comme immédiatement dangereux. Théoriquement, les munitions abandonnées sur un site de combat pourraient être considérées comme potentiellement dangereuses, bien que, malheureusement, nous ne pouvons pas supposer en même temps, que le stockage ordonné et pratique n'est pas le résultat de la collecte de munitions d'après-guerre dans les champs et les forêts environnants. Ces "zones de stockage" sont un élément commun du paysage des champs et des forêts directement adjacents aux sites de destruction de munitions - dans les années 50. je 60. de cette manière, le danger a été «utilisé» sur place.

Alors est-il nécessaire de supposer, que tout, ce qui vient de montrer dans la fossette, est une menace mortelle? Et bien non. Il n'y a pas eu beaucoup de rapports d'accident impliquant des matières dangereuses de qualité militaire lors de l'exploration du détecteur ces dernières années, et jusqu'à présent, ces accidents ont été causés par des erreurs honteuses.. L'erreur la plus grave commise par les chercheurs est de manipuler un objet inutilement. Cela vaut la peine de se donner la peine et de connaître les types de base de munitions avant d'explorer les champs de bataille, à voir, à quoi nous pouvons avoir affaire (j'imagine, qu'il y aura beaucoup d'entrées sur le blog décrivant des objets de collection dangereux). Nous n'avons pas besoin d'une identification précise, seulement le principe de fonctionnement d'un objet spécifique. Après avoir détecté l'objet, nous minimisons sa manipulation au minimum et le laissons dans un tel état jusqu'à l'arrivée des services concernés. Il est courant dans notre pays d'enterrer de telles choses plus profondément. Cette coutume est bien fondée et les raisons en sont bien comprises (aussi formel), cependant, il vaut la peine de se rappeler, afin de ne pas changer sa position lorsqu'un tel objet est déplacé (généralement horizontal) et évitez les mouvements brusques. Rappelles toi, que tu le fais à tes risques et périls et malgré tout, Cependant, je vous recommande de signaler la découverte aux services.

Une autre erreur, qui l'année dernière j'aurais eu une grave mutilation corporelle pour un jeune homme travaillant à nettoyer le site, est d'ignorer le risque que l'objet dangereux soit agité par une bêche. Les détecteurs modernes vous permettent de suivre efficacement la cible et de déterminer sa position dans le sol, donc sur le terrain, où il y a un risque de rencontrer un objet dangereux (c'est-à-dire dans toute la Pologne), Je recommande de creuser de manière civilisée et non "directement dans le signal". Pas assez, que vous éviterez le risque de détruire le fantôme, alors vous ne détonerez certainement aucune des charges. Crois-moi, l'homme et la pelle n'ont pas l'air très complets après avoir fait exploser même une petite charge dans le puits.

Bien sûr, tout cela est un aperçu du problème de la détermination des découvertes dangereuses lors des recherches.. N'oubliez pas les règles de sécurité élémentaires et entraînez-vous, pour minimiser tous les risques associés à ce beau passe-temps. Pas seulement dans les forêts, mais aussi sur des intrigues apparemment «propres» de la mort rouillée de la mort.