Mythes balistiques

Mythes balistiques.

Il y a quelque temps j'ai vu au champ de tir, comme une personne qui est en fin de formation pour un brevet de tir, pendant l'entraînement avec Glock17, tourné vers mon ami, instructeur avec une rancune: "Comment suis-je censé tirer avec précision, si ce pistolet rebondit de 30 cm lorsqu'il est tiré. Rien d'inhabituel, que je tire au-dessus de la cible. Je voudrais quelque chose avec moins de recul, s'il vous plaît, parce que ça n'a aucun sens..."

Alors parlons-en alors, qu'arrive-t-il aux armes à feu lors d'un tir.

Les connaissances sur ce sujet devraient être évidentes pour toute personne intéressée - je vous invite donc à lire l'article suivant sur ces, qui n'ont pas encore cette connaissance. Je vais essayer d'aborder le sujet de la manière la plus simple et la plus accessible.

mimo, que la plupart des gens sont conscients de la présence de poudre à canon dans les munitions - peu ont vraiment une idée de la puissance de, avec lequel l'explosion dans le boîtier affecte la conception de l'arme. C'est difficile à imaginer à première vue, qu'un si petit objet, comment un boîtier peut contenir une quantité de poudre à canon capable de produire une grande explosion.

Et en effet. Si nous mettions la poudre d'un de ces obus sur la table et essayions d'y mettre le feu - d'abord, nous nous endormirions avant même de pouvoir y mettre le feu., apo drogué, si c'était réussi, il s'avérerait, que notre "explosion" se limite à un sifflement et à un minimum de fumée. Il en serait de même avec la poudre noire, y mettre le feu serait un peu plus facile, et il y aurait un peu plus de fumée. Donc, ou de toute façon - sans aucune révélation.

Le cas est cependant tout à fait différent, si nous enfermons la poudre à canon dans une poudre dure, objet scellé. La pression dans l'explosion monte rapidement à des niveaux vraiment énormes, d'où le bang et la force, qui est capable de pousser la balle hors de la coque, poussez-le à travers un canon relativement étroit et envoyez-le à des centaines de mètres vers l'avant. Contre cela, ce que la plupart des gens pensent, si nous voulons lancer une balle dans un canon d'un calibre approprié, il ne le traversera pas librement. Grâce à ça, que le canon est serré- les gaz de poudre à canon ne sont pas aussi libres de se dilater et de s'échapper latéralement, faire le tour du monde et aller en vain (ça a l'air un peu différent dans les "fusils de chasse", armes à canon lisse, mais c'est un sujet pour un autre article).

Revenons à la déclaration que j'ai entendue au début de l'article. Il n'y a pas de doute, qui reculent et s'agitent (différence évidente) ils n'ont pratiquement aucun effet sur ce seul coup tiré par nous.

Bien sûr, les prochains seront peut-être moins précis, si nous voulons les remettre rapidement un par un, mais c'est une question de l'autre et de l'autre et la faute du fait, qu'il nous est tout simplement difficile de ramener rapidement le guidon vers le centre de la cible.

Alors qu'est-ce qui l'influence, que la balle ne vole pas réellement hors du canon dans cette direction exacte, auquel nous visons?

Un changement de ligne, auquel on veut vraiment envoyer la balle est en fait relativement petit, mais il existe et est le résultat de nombreux facteurs. Commençons par le fait, que le mouvement même du mécanisme de l'arme (descente, aiguille) fait bouger l'arme. L'amorce est cassée après tout, et pas avec peu de force. Il y a déjà quelques vibrations de l'arme ici, main. Puis il y a une explosion. Pour ces, qui faisaient attention à la physique - dans une munition de pistolet typique, la pression au stade initial, à l'époque, quand il est le plus haut (au moment de la déconnexion de la coque de la balle), est d'environ 100-300 MPa. Dans le cas par ex.. Munitions Magnum - bien plus. En un mot, cette valeur est vraiment super et génère beaucoup de choc. Mais fondamentalement - un choc inquiétant, ou plutôt sa phase inquiétante - elle a lieu après la sortie de la balle du canon. Néanmoins - l'explosion est là, il y a du trafic. Mais le plus important - les barils, mimo, que de plus en plus avancé- ils ne sont pas cosmiques et il n'y a aucune chance, pour que le projectile qui le traverse ne le fasse pas vibrer. Il n'y a tout simplement pas de miracles. C'est pourquoi les coups tirés d'un pistolet en sortent à chaque fois sous un angle légèrement différent. Mais c'est certainement, au moins dans une arme bonne et opérationnelle, Je n'ai aucune question à ce sujet, qu'un missile volerait 2 mètres à gauche, et d'autres 3 à droite et un mètre plus haut. Il n'y a pas de doute, que la déclaration au début de l'article était un non-sens. Le pistolet bouge, considérable, mais quand notre main est très levée - la balle est loin du canon. Un tel recul dans le cadre d'un seul coup ne nous intéresse donc pas. Je suppose, que nous proposons un exemple de type extrême - une arme pesant autant, quelle balle. L'effet du tir serait évident. En règle générale - plus l'arme est lourde, plus elle a de masse, qui absorbera le recul. Cela dépend toujours de quelques facteurs - tels que, comme la longueur du canon par exemple, mais la règle générale est, comme ci-dessus.

Beaucoup de gens se demandent aussi, ou, malheureusement, déclare souvent avec "certitude", que le projectile atteint son énergie la plus élevée précisément à l'embouchure du canon, et, cette force, avec lequel il est jeté est si grand, que le projectile vole droit pendant longtemps et ne tombe pas. Rien ne pourrait être plus faux. La Terre attire tout de même, indifférent, est-ce une voiture debout, ou une balle volant à une vitesse de plusieurs centaines de mètres par seconde.

Le missile MAINTENANT après ça, comment il perd son support sous la forme d'un tonneau, ça commence à se calmer. Quant à l'énergie- sa valeur la plus élevée est légèrement DERRIÈRE le canon, un instant avant ça, comment les gaz de poudre à canon commencent à se dilater rapidement(contrairement aux apparences, ils ne perdent pas de puissance immédiatement après avoir quitté le canon, seulement un peu plus tard) et évadez-vous dans l'atmosphère. Malgré ce fait incontestable, la vitesse des balles est souvent mesurée à une certaine distance de la bouche du canon. Souvent même un mètre, deux, Trois. Les instructeurs sont également interrogés sur le bang d'un tir et pourquoi une arme d'un calibre similaire est plus bruyante que l'autre. Il n'y a pas de doute, que c'est la quantité de poudre à canon qui compte le plus, pas de calibre, mais évidemment, l'un va de pair avec l'autre. Plus ou moins. Parce que les munitions d'un même calibre sont souvent produites avec différentes quantités de poudre à canon. Munitions de combat, militaire, la police a souvent une quantité beaucoup plus importante de ce matériel, parfois trop, tirer en toute sécurité avec des armes de sport de même calibre, quel homologue militaire. Ce qui, cependant, affecte toujours le bang? C'est en grande partie la vitesse du projectile. Une grande partie du bruit dans les munitions supersoniques est la faute du dépassement de la vitesse du son. C'est pourquoi de nombreuses armées du monde utilisent non seulement des silencieux pour les armes supprimées (qui permettent aux gaz de leurs nombreuses chambres de se dilater. En Pologne, ils ne peuvent être utilisés que par les services appropriés), ale i specjalnie przygotowaną mocną, mais munition "lente", ne dépassant pas ladite valeur. Une partie des munitions, d'où l'on tire avec des pistolets et des revolvers au champ de tir appartient aux supersoniques, et les uns aux autres. Quant aux fusils - seuls les types de munitions ne dépassent pas la vitesse du son.